Pourquoi le violet pour la journée de la femme ?

Chaque année depuis le début du 20ème siècle, le 8 mars est la journée du féminisme, du violet ou de la couleur mauve. Tout a commencé avec la revendication des femmes pour obtenir le même droit de vote que les hommes.

Autour des années 1880, notamment en France et en Angleterre. Depuis, les suffragettes sont devenues féministes, et la demande pour l’égalité du droit de vote est devenue une demande pour l’égalité des droits.

hommage aux suffragettes
Hommage aux suffragettes en Angleterre

De tous les droits. Choisie dès le début pour symboliser cette lutte, le violet en est encore le symbole aujourd’hui, même si la manière de l’exprimer a changé avec le temps. Les raisons de ce choix sont multiples, mais sont très liées à la symbolique de cette teinte mixte.

Pourquoi le violet est-il la couleur du féminisme ?

On peut être tenté de répondre à cette question avec une réponse simple et pragmatique. Le féminisme correspond à un courant politique très puissant et il est naturel qu’un courant politique soit symbolisé par une couleur.

feminisme et couleur violet
Le feminisme et la couleur violette font paire.

Les exemples de l’association entre une couleur et un mouvement politique sont légions.

Mais, pourquoi le violet est-il un symbole du féminisme ?

Le violet, couleur politique par défaut

D’abord, parce que le féminisme est finalement un phénomène récent. Lorsqu’il prend forme avec les suffragettes, les autres couleurs du spectre visible sont déjà prises par d’autres courants politiques.

Par exemple :

  • Le bleu, pour les républicains.
  • Le rouge, pour les socialistes.
  • Le blanc pour les royalistes.
  • Le jaune pour les syndicalistes indépendants.
  • Le noir pour les anarchistes.
  • Et l’orange pour les orangistes.

Le violet, aux origines de la geste féminine

Ne restaient donc que le vert et le violet. Mais, c’est le violet qui fut choisi.

Le fait est que d’autres raisons, beaucoup plus symboliques, expliquent ce choix. Il suffit de relire ce qu’écrivait à ce sujet Emmeline Pethick Lawrence, une des militantes de la célèbre Women’s Social and Political Union (WSPU) créée en 1903.

A l’époque, le violet se combinait encore avec le vert et le blanc.

Le violet en couleur dominante symbolise le sang royal qui coule dans les veines de chaque femme, luttant pour le droit de vote, la conscience de la liberté et de la dignité.  Le blanc, symbolise l’honorabilité dans la sphère privée et politique ; enfin, le vert, l’espoir d’un nouveau commencement.

En bref :

  • Le violet pour la dignité.
  • Le vert pour l’espoir.
  • Le blanc pour la pureté.

L’interprétation moderne du violet féministe

Aujourd’hui, l’interprétation de la couleur du féminisme cumule les deux  raisons,  pratique et historique, précédemment évoquées. Mais, on peut y ajouter deux autres éléments post-modernes.

Le genre

Le fait que le violet soit un mélange de bleu et de rouge, ou de rose, ne compte pas pour rien dans son symbolisme féministe. Dans les comptines traditionnelles, le bleu est réservé aux petits garçons et le rose aux petites filles.

Revendiquer le violet, c’est aussi affirmer qu’il n’y a pas de différence à faire entre garçons et filles et que seul importe le genre commun à tous. Dans la plus stricte égalité.

L’attitude non  partisane

Autre point de vue, tout aussi porteur, celui du rejet de l’embrigadement partisan. Le violet n’est ni rouge, ni bleu, mais peut être aussi bien rouge et bleu.

Autrement dit, le féminisme est politique, mais il n’est pas le propre d’un parti. Il peut tout aussi bien trouver des porte-paroles dans tel parti ou tel autre.

Mais, plus sûrement, il s’affiche volontiers a-partisan. C’est-à-dire, indépendant de toute logique partisane.

Pourquoi le violet a-t-il une image féministe ?

Rubans et liserés

Dans un premier temps, le violet est allé de soi pour les défenseurs du droit des femmes. C’est une couleur facilement portée par les femmes dans leur vie de tous les jours, alors qu’elle l’est très rarement par les hommes.

De sorte, qu’il a été simple, en tout cas facile à partager, d’avoir comme signe de ralliement un ruban violet ou des liserés violets cousus sur des vêtements d’une autre couleur.

Poing levé dans symbole de vénus

Évidemment, tout est bon pour rappeler son soutien au féminisme dès lors que le violet en est la marque indiscutable. Cependant, le temps des rubans et des liserés est un peu passé.

Le slogan féministe est :

j’ai un utérus et un cerveau

Et les féministes d’aujourd’hui, comme par exemple, l’actrice Taraneh Alidoosti, préfèrent le logo en forme de poing levé prolongeant le symbole de Vénus.

L'actrice iranienne Taraneh Allidousti.
L’actrice iranienne Taraneh Allidousti.

Taraneh Alidoosti est une actrice iranienne très connue. Elle a notamment joué dans le film « le client » du réalisateur Asqhar Farhadi au festival de cannes de 2016.

C’est à cette occasion que l’actrice fut au centre d’une polémique pour avoir un tatouage du logo féministe sur son avant-bras. On en déduisit dans son pays qu’elle était, notamment, favorable à l’avortement, interdit en Iran.

Le féminisme toujours d’actualité, de même le violet

Le violet, rappel du sexisme dont les femmes sont les victimes

Des études montrent, avec constance, que malgré tous les progrès accomplis en matière d’égalité des droits entre hommes et femmes, celles-ci demeurent encore largement sous estimées et brimées.

A l’extrême, les féminicides, ces violences fatales faites aux femmes par leurs propres conjoints ou compagnons, sont loin de régresser. Rien que pour l’année 2018, on en compte, en France, un en moyenne tous les trois jours.

Le violet n’a jamais été si proche de sa phonétique : le viol est.

Plus communément, à travail égal avec un homme, une femme perçoit une rémunération inférieure de 20%. Il lui faut, par ailleurs, deux fois plus de persévérance pour réussir à s’imposer dans un poste de direction.

Cependant une comédienne, atteinte de surdité, comme Emmanuelle Laborit, a une opinion différente. Après avoir montré qu’en langage des signes le mot féminisme se formule en levant les mains et en joignant les pouces pour former un petit triangle, le triangle du féminisme, elle a déclaré lors d’une émission diffusée par Arte que :

Déjà, il faut se battre en tant qu’artiste. Je ne pense pas qu’en tant que femme, il faille se battre plus. Peut-être que je suis dans le déni, mais je refuse de le voir comme ça.

Institutionnalisation du féminisme et du violet

La permanence des problèmes liés au sexisme, pratiquement toutes les femmes ont été harcelées, au moins une fois, dans les transports publics, à titre d’exemple, s’est progressivement traduit par une institutionnalisation du féminisme.

Cela fait maintenant ainsi près de 60 ans que le gouvernement français, entre autres, s’est doté d’un ministère chargé des droits de la femme. Et, sur le plan international, l’Onu a officialisé, en 1977, une journée internationale des femmes qui est célébrée tous les 8 mars.

Dans sa déclaration du 8 mars 2019, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrès, va plus loin qu’une simple défense des droits des femmes ou même qu’une égalité entre hommes et femmes :

En cette journée internationale des femmes, a-t-il dit, veillons à ce que les femmes et les filles puissent concevoir des politiques, des services et des infrastructures ayant un effet sur notre vie. Et apportons notre soutien aux femmes et aux filles qui suppriment les obstacles à la création d’un monde meilleur pour toutes et pour tous.

Avec cette déclaration, on peut mesurer le chemin parcouru, depuis l’idée d’une journée internationale de la femme, émise pour la première fois le 8 mars 1910. Cependant, comme le montre la deuxième grève des femmes qui a eu lieu en Suisse le 14 juin 2019, sous la couleur violette, après la première édition du 14 juin 1991, rien n’est vraiment acquis.

Et pourtant, en l’occurrence, le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes est inscrit dans la constitution suisse depuis le 14 juin 1981.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 7 =